" "
Sciences Po | Library - New window

Guides thématiques

Humanités

Lettres

Recherche dans le catalogue

Catalogue

Bibliothécaire référent

Profile Photo
Anna Couthures Idrizi
Contact:
N'hésitez pas à me contacter par mail anna.couthuresidrizi[at]sciencespo.fr
ou sur Zoom !
01 45 49 50 43

La politique-fiction, un sous-genre bien représenté

La seconde moitié du XXe siècle a vu publier un très grand nombre de romans francophones décrivant de manière totalement fictionnelle la vie politique de pays existant par ailleurs.

Cette littérature est souvent regroupée sous le genre "politique-fiction", que l'on retrouve également dans la bande dessinée ou le cinéma.

 

Saurez-vous retrouver qui se cache derrière chaque pseudonyme....?

Voici un florilège de nos trouvailles dans les magasins de la bibliothèque, glanées par notre collègue bibliothécaire Clément Siberchicot, sur une période de publication allant des années 60 à la chute de l'URSS.

 

Dès la fin des années 90, la politique-fiction glisse souvent vers la science-fiction ou le roman noir, trouvant là de nouveaux publics..  

 

Pour aller plus loin
  • Atallah, Marc, Kawthar Ayed, Sandrine Bazile, et al. Fictions d’anticipation politique. [s.l.] : Presses Universitaires de Bordeaux. 2020. En ligne
  • Bâtir aussi. Paris : Cambourakis. 2019. A emprunter
  • Séries politiques : la réalité dépasse-t-elle la fiction ?, émission L'Atelier du pouvoir. 44 minutes. 2017. A écouter
  • Lacroix, Isabelle et Karine Prémont. D'Asimov à Star Wars: Représentations politiques dans la science-fiction. [s.l.] : Presses de l’Université du Québec. 2016. En ligne

Réparer le monde

 

Entre Les Utopiales, festival de science-fiction fin octobre qui se consacre cette année aux transformations (au sens de transition, adaptation) et le Festival des idées mi-novembre, qui cherche à réparer le futur, l'on peut dire que cet automne a des airs de fin du monde...

Mais ne vous y trompez pas, entre interventions, expositions, court-métrages et ateliers ludiques, il s'agira surtout de réfléchir collectivement aux possibilités qui s'offrent (encore) à nous !

Pour accompagner ces évènements, voici ma sélection bibliographique, comprenant quelque publications des intervenants et des pistes de lecture complémentaires du point de vue philosophique, artistique ou littéraire :

  • Parham John (2021). The Cambridge companion to literature and the Anthropocene. Cambridge : Cambridge University Press. Lire en ligne
  • Kyrou Ariel et Damasio Alain (2020). Dans les imaginaires du futur : entre fins du monde, IA, virus et exploration spatiale. Chambéry : Éditions ActuSF. Emprunter
  • Aurias Aline et Masson-Delmotte Valérie (2020). Nos futurs. Chambéry : ActuSF. 2020. Emprunter
  • Andrevon Jean-Pierre (2020). Anthologie des dystopies : les mondes indésirables de la littérature et du cinéma. Paris : Vendémiaire. Emprunter
  • Engélibert Jean-Paul (2019). Fabuler la fin du monde : la puissance critique des fictions d’apocalypse. Paris : la Découverte. Emprunter
  • Routley Richard (2019). Aux origines de l’éthique environnementale : le dernier homme. Paris : PUF. 2019. Emprunter
  • Wolf-Meyer Matthew J. (2019). Theory for the World to Come: Speculative Fiction and Apocalyptic Anthropology. Minneapolis : University of Minnesota Press. Lire en ligne
  • Logé Guillaume (2019). Renaissance sauvage : l’art de l’anthropocène. Paris : PUF. Emprunter
  • Karkulehto Sanna, Essi Varis, et Aino-Kaisa Koistinen (2019). Reconfiguring Human, Nonhuman and Posthuman in Literature and Culture. [s.l.] : Taylor and Francis. Lire en ligne
  • Potte-Bonneville Mathieu (2018). Recommencer. Lagrasse : Verdier. Emprunter
  • Rumpala Yannick (2018). Hors des décombres du monde : écologie, science-fiction et éthique du futur. Ceyzérieu (Ain) : Champ Vallon. Emprunter
  • Gefen Alexandre (2017). Réparer le monde : la littérature française face au XXIe siècle. Paris : Éditions Corti. 2017. Emprunter
  • Boulard Anaïs (2016). Un monde à habiter : imaginaire de la crise environnementale dans les fictions de l’Anthropocène. Thèse de doctorat. Lire en ligne
  • Afeissa Hicham-Stéphane (2015). Esthétique de l’environnement : appréciation, connaissance et devoir. Paris : Librairie Philosophique J. Vrin. Emprunter
  • Westling, Louise Hutchings (2014). The Cambridge companion to Literature and the Environment . Cambridge : Cambridge University Press. Lire en ligne
  • Womack Ytasha (2013). Afrofuturism : the world of black sci-fi and fantasy culture . First edition. Chicago : Chicago Review Press. Lire en ligne
  • Freedman Carl (2013). Critical Theory and Science Fiction. [s.l.] : Wesleyan University Press. Lire en ligne
  • Booker, M. Keith et Anne-Marie Thomas (2009). The Science Fiction Handbook. Chichester : Wiley-Blackwell. Lire en ligne
  • Davis Laurence et Peter Stillman (2005). The new utopian politics of Ursula K. Le Guin’s: the dispossessed. Lanham, MD : The Rowman & Littlefield Publishing Group. Lire en ligne
  • Crossley Robert, Ursula K LeGuin, Marleen S Barr, et al. (1993) « Fiction and the Future », College English. 1993, vol.55 no 8. p. 908‑918. Lire en ligne

 

Demandez le programme !

 

Le roman noir, un autre regard sur les SHS ?

 

 

Le roman noir, un autre regard sur les SHS ?

 

A la bibliothèque, couchés sur les rayonnages du 5ème étage, commis par les plus renommés, dévorés par les étudiants ...les romans noirs et policiers !

Un petit fonds vient d'être monté à la bibliothèque, en partenariat avec le Centre d'Ecriture et de Rhétorique, afin d'accompagner les enseignements de 1er cycle, mais aussi plus largement afin d'offrir à nos lecteurs un autre regard sur les sciences humaines et sociales.

 

 

 

 

En voici un aperçu :

                     

Voir tous les titres.

 

En complément, nous vous offrons cet entretien avec Alexandre Galien. Qu'il en soit ici chaleureusement remercié !

Merci de vous présenter

Bonjour, je suis Alexandre Galien, écrivain, alumnus de l’École d’Affaires Publiques et enseignant à Sciences Po. J’ai publié quatre romans, dont deux à quatre-mains écrits sous le nom d’Alex Laloue (Comme des bleus, Plon/Pocket et À corps perdu, Plon/Pocket). Mon premier roman seul, Les cicatrices de la nuit (Fayard), a reçu en 2020 le Prix du Quai des Orfèvres. Et mon dernier roman, Le souffle de la nuit (Michel Lafon), est finaliste du prix découverte des petits mots des libraires. J’ai par ailleurs la charge, depuis un an, de deux cours et ateliers d’écriture à Sciences Po : Roman noir, époque sombre, que je donne au centre d’écriture et de rhétorique; et Exploration through autofiction, autour de l’oeuvre de Paul Auster, que j’enseigne aux étudiants du Campus du Havre. 

Quelle est votre définition personnelle du roman noir ?

Au risque de faire un pas de côté, c’est un genre qui n’en a pas. Les deux critères qui font un roman noir sont un univers violent, et une vision critique de la société dans laquelle évoluent les protagonistes. Ainsi, même des romans qui ne sont pas, en librairie, classés comme “romans noirs” peuvent en revêtir les atours. Ce genre littéraire datant du XXème siècle, c’est d’autant plus vrai pour les romans qui lui sont antérieurs. Je me plais à penser, par exemple que L'Assommoir, de Zola ferait un superbe “roman noir”. C’est aussi, en plus évident, le cas du Parfum de Patrick Süskind. 

D'après vous, comment le roman noir permet-il d’aborder les questions sociales, historiques et anthropologiques de notre temps ?

La question est vaste, pour une réponse que j’espère la plus digeste possible ! D’abord, la fiction permet une grande liberté dans le traitement des thèmes, il nous est donc possible, en tant qu’auteurs, d’offrir des faits sociétaux une vision qui se veut plus subjective. Ainsi, un roman ne devra jamais, au grand jamais être considéré comme un documentaire. Et cette inexactitude autorisée par la si précieuse “licence poétique” nous permet d’ouvrir le débat vers d’autres points de vue, d’amener des choses différentes, bien plus axées sur le ressenti. En tant que romanciers, l’un de nos attributs est de réussir à prendre le pouls d’une société. À mon sens, c’est cette capacité de capter toutes sortes de signaux faibles qui forge une plume, une voix.  Ensuite, une fiction, et c’est un point qui n’engage que moi, se doit d’être efficace. Le roman noir, par les ficelles scénaristiques qu’il tire et les domaines qu’il traite, fascinera bon nombre de lecteurs (c’est en tous cas ce que l’on se permet à penser face à la popularité, toujours croissante, du genre). C’est donc, je pense, le parfait vernis pour faire transmettre une certaine vision des questions sociales, de la composition d’une société et de ses travers. J’ai, dans mes écrits, vocation à ce qu’il existe un jeu de vase communicant entre mon propos de fond et mon histoire. L’un sert l’autre, et jamais à son détriment. Si l’un des deux devient un “alibi” de l’autre, c’est perdu d’avance !

Comment introduisez-vous ce genre à nos étudiants ? Quelle réception constatez-vous ?

Je leur en donne une définition précise, que pour la plupart ils ne connaissaient pas. Ensuite, je me sers du genre pour leur transmettre le goût de l’écriture. Au début du semestre, ils ont ce cadre, dont je les laisse petit à petit s’affranchir. Mon but est de les aider à trouver la voix du romancier qui sommeille en eux. Je pense que nous avons tous, en nous, un conteur qui sommeille. Il sera simplement, selon chacun, plus ou moins aguerri. Mais il y a, chez chaque étudiant, chaque femme et chaque homme, un terreau formidable d’histoires, de sentiments et de lettres.

Parmi les auteurs qui figurent désormais dans nos fonds, lequel vous semble représentatif du titre de cet entretien ?

À mon sens, le titre de cet entretien a été fait pour David Simon, auteur du formidable roman Baltimore, qui a donné lieu à la non moins formidable série The Wire. Il a, grâce à une intrigue parfaitement menée et des personnages au cordeau, décortiqué cette ville si complexe qu’est Baltimore : les relations entre les communautés, les dockers, la politique, la presse, la police et les trafiquants de drogue… Ce roman relève de la maestria

 

 

Pour aller plus loin, n'oubliez pas d'explorer cette excellente exposition virtuelle réalisée par la Bilipo, la Bibliothèque des Littératures policières.

 

 

Et pour toute question, n'hésitez pas à me contacter directement anna.couthuresidrizi[at]sciencespo.fr !

2021, une année dantesque

 

fatti non foste a viver come bruti

ma per seguir virtute e conoscenza

ActuaLitté

 

Le 28 mars est le Dantedì, l'anniversaire de la mort de Dante Alighieri.

Cette année marque les 700 ans de cet anniversaire, à l'occasion duquel partout en Italie et en Europe seront organisées de nombreuses manifestations culturelles.

Florentin exilé à Ravenne dès 1301 pour ses positions politiques, Dante est avant tout l'auteur de la Divine Comédie, ce monument de la poésie italienne médiévale, écrit en langue vernaculaire.

 

 

 

 

Lire Dante aujourd'hui

Si vous ne maitrisez pas l'italien, plusieurs traductions de la Divine Comédie sont disponibles à la bibliothèque, en version imprimée  ou électronique.

Vous pouvez également consulter librement en ligne d'autres versions, sur Gallica (trad. 1829, A. Deschamps),  Wikisource (trad. 1863, Lamennais), ou Palimpsestes (trad. 1868, Fiorentino).

Pour les plus pressés, les podcasts des Chemins de la philosophie sur France Culture sont une mine d'or.

Vous pouvez écouter le livre audio de la Divine Comédie, en français, en italien ou dans d'autres langues, grâce à la Società Dante Alighieri et le Ministère de la Culture italien.

La version originale, dans toutes ses éditions, est à lire en ligne sur le site de la Società Dantesca Italiana.

Pour lire les meilleures traductions anglaises, rien de mieux à ce jour que le site Digital Dante, édité et maintenu par la Columbia University. D'autres versions électroniques payantes sont accessibles via notre catalogue.

 

Découvrez les illustrations de la publication originale, par Francesco Zuccari, en haute définition sur le site des Offices de Florence.

Savourez les 11h d'enregistrement de l'émission L'autre scène ou les vivants et les dieux, diffusée sur France Culture en 1980, et entièrement consacrées à la Divine Comédie.

Explorez la topographie de l'Enfer dans une interface très originale, Alpacaprojects.

L'Oeuvre de Dante, pleinement inscrite dans le courant du Dolce Stil Nuovo, a traversé les siècles et imprimé sa marque sur de très nombreuses productions artistiques (littéraires, musicales, cinématographiques).  En voici un premier recensement, non exhaustif.

70 musiciens recréent le son de l’Enfer : découvrez  la nouvelle bande-son du film muet L'enfer, de Bertolini (1911).

 

Qui était Dante Alighieri ?

   

Une bibliographie académique très complète a été constituée par la Bibliothèque Sainte-Barbe : autour de la vie politique et sociale en Toscane au 14e siècle, de la vie de l'auteur et de l'influence de son oeuvre. A consulter sans modération !

Hommage à John Le Carré

 

L'on vient d'annoncer le décès du célèbre espion et écrivain britannique John le Carré (1931-2020).

Lire l'hommage de Claude Grimal : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2020/12/20/hommage-le-carre/

Vous pouvez retrouver une grande partie de ses oeuvres à la bibliothèque de Sciences Po, dont la célébrissime trilogie de Smiley

   

Ses romans ont été largement adaptés, au cinéma tout comme à la radio..

Pour les plus curieux, plongez-vous dans la vie de cet homme hors du commun, grâce à notre sélection :

  • En Russie, au bout du suspens avec John Le Carré (2019). à visionner

  • John le Carré / Cahier de l'Herne (2018). à emprunter

  • « L'héritage des espions » : voyage dans le monde des services secrets avec John le Carré (2018). à visionner

  • British writers and MI5 surveillance, 1930-1960 / James Smith (2012). à emprunter

  • Intrigue : Espionage and Culture / Allan Hepburn (2008). à lire en ligne

  • Le Carré's landscape / Tod Hoffman (2001). à lire en ligne

  • The spy novels of John le Carré : balancing ethics and politics / Myron J. Aronof (1999). à lire en ligne

Dystopie et pandémie

Pop Culture et dystopie par Filip Hodas

 

 

La bibliothèque vous propose une petite sélection dystopique, littéraire et cinématographique, dont la très grande majorité est déjà disponible dans nos collections.

 

 

 

 

 

Dystopies post-pandémie

Autres dystopies

Expériences de confinement

Les pandémies dans l'histoire

Et pour aller plus loin sur le genre de la dystopie..

Alexandre Soljenitsyne (1918-2008)

Cette année marque les 100 ans de la naissance d'Alexandre Soljenitsyne.

Prix Nobel de littérature en 1970, il fut déchu de la nationalité soviétique en 1974 puis réhabilité en 1989.

Il est avant tout connu pour sa description minutieuse de la vie au goulag, devenu au fil des ans un symbole de la résistance intellectuelle à l'oppression soviétique.

 

De nombreuses manifestations et émissions accompagnent ce centenaire :

Retrouvez des entretiens avec l'auteur, archivés par la RTS "L'impact d'Alexandre Soljenitsyne" ou sur SAM "La littérature comme transcendance".

Retrouvez une grande partie de son oeuvre accessible à la bibliothèque !

La meilleure biographie francophone rédigée à ce jour

Et une thèse de Sciences Po sur son influence en France : Isaac Desarthe (2017), Soljenitsyne, "l'Archipel du Goulag" et la crise des intellectuels (1973-1978)

Nous vous proposons également une sélection d'oeuvres littéraires russes contemporaines dans lesquelles l'influence de Soljenitsyne est plus ou moins pregnante :

La littérature et et la Shoah : hommage à A. Appelfeld

 

Aharon Appelfeld,  romancier et poète israélien, vient de décéder.

  Il aura écrit plus de 40 livres, principalement des recueils de nouvelles et des romans autour de la vie de la population juive en Europe avant et durant la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 

En forme d'hommage à son oeuvre, voici une petite sélection de documents sur les écrivains de la Shoah.

Empruntez-les à la bibliothèque !

   

Relire Imre Kertesz

« Le mal est le principe de la vie (…). Ce qui est véritablement irrationnel, c’est le bien. »

L’écrivain hongrois Imre Kertész, Prix Nobel de littérature en 2002, s’est éteint jeudi 31 mars 2016, à Budapest.

Il était l’un des derniers survivants d’Auschwitz.

Relisez son oeuvre, disponible à la bibliothèque et exposée dans le hall du 27 dès lundi 4 avril !

 

Voici notre sélection :

  Dossier K.   (2008)

 A travers des entretiens avec un ami (son alter ego),  l'éditeur Zoltan Hafner, retranscrits dans ce livre, l'écrivain évoque des scènes de sa vie et de ses romans, son rapport à l'identité hongroise, pour mettre fin aux rumeurs mises en circulation à son sujet. (© Electre)

   L'Holocauste comme culture : discours et essais (2009)

  Imre Kertesz, survivant et témoin de l'univers concentrationnaire, s'exprime sur l'Holocauste, le XXe siècle totalitaire, la survie et l'exil, l'Europe à rénover. On trouve ici, l'intégralité des essais sur ces thèmes. (© Electre)

  Journal de galère   (2010)

  I. Kertész a noté, sur une période de trente ans (de 1961 à 1991), ses observations, ses pensées philosophiques et les aphorismes qui l'accompagnaient lors de l'écriture de ses premières oeuvres. A travers un dialogue avec Nietzsche, Freud, Camus, Adorno, Musil, Kafka et bien d'autres, il tente de penser l'Holocauste, la modernité, la liberté et le totalitarisme. (© Electre)

  Un autre : chronique d'une métamorphose (2008)

  Un texte autobiographique dans lequel l'auteur évoque sa métamorphose quand, après la fin du socialisme, il est sorti de l'ombre et de la dissidence pour devenir un autre qui porte un regard critique sur son pays et notre monde. (© Electre)

Liquidation : roman (2005)

  Dans une sorte de suite spirituelle du Kaddish pour   l'enfant qui ne naîtra pas, à Budapest en 1999, Keseru cherche à publier les oeuvres posthumes de B., un écrivain né à Auschwitz en 44 et qui s'est suicidé à la suite des bouleversements de 89. La voix, la souffrance et la force des femmes sont ici, aussi, plus présentes que jamais. (© Electre)

Etre sans destin (2003)

   Un adolescent raconte une année dans un camp de concentration puis de travail, dans un style laconique et factuel. Un livre ignoré et dérangeant à sa parution en 1975 qui obtint un vif succès à partir de 1990.  (© Electre)

  Le refus (2001)

  Autobiographie romanesque à la troisième personne, Le refus est la pièce centrale d'un triptyque également composé d'Etre sans destin et de Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas  (© Electre)

 

 

Dernière mise à jour: Sep 28, 2022 10:08 AM